Pourquoi Essayer De Comprendre Subjonctif

Le subjonctif est un thème que vous m’avez souvent demandé. Voici donc enfin la vidéo où j’explique ce mode verbal qui vous crée tant de diffícultés !
Sous la vidéo, retrouve l’exercice et la transcription ! Tu peux aussi télécharger le podcast :-)

Exercice : Subjonctif / Indicatif

Conjugue au présent du subjonctif ou de l’indicatif les verbes entre parenthèses.

  1. Mes parents pensent que nous (ne pas être) ……………. sages !
  2. Paul ne pense pas que Suzanne (pouvoir) ……………. venir ce soir à la soirée.
  3. Il faut qu’il (aller) ……………. chez son père avant de partir pour l’Italie !
  4. Nous exigeons que vous (être) ……………. à l’heure au bureau.
  5. Il n’y a que cette chemise qui (aller) ……………. bien avec ce pantalon !
  6. Il se peut que Nicolas (revenir) ……………. en octobre.
  7. Je veux que tu (faire) ……………. des excuses.
  8. C’est ce cadeau que je (vouloir) ……………. recevoir pour Noël.
  9. J’espère que vous (penser) ……………. souvent à nous.
  10. Et n’oublie pas : quand tu (prendre) ……………. ton billet, demande un reçu !

 

Correction de l’exercice

  1. Mes parents pensent que nous ne sommes pas sages !
  2. Paul ne pense pas que Suzanne puisse venir ce soir à la soirée.
  3. Il faut qu’il aille chez son père avant de partir pour l’Italie !
  4. Nous exigeons que vous soyez à l’heure au bureau.
  5. Il n’y a que cette chemise qui aille / va bien avec ce pantalon !
  6. Il se peut que Nicolas revienne en octobre.
  7. Je veux que tu fasses des excuses.
  8. C’est ce cadeau que je veux recevoir pour Noël.
  9. J’espère que vous pensez souvent à nous.
  10. Et n’oublie pas : quand tu prends* ton billet, demande un reçu !

*Ici le présent de l’indicatif a une valeur de futur.

Clique ici pour t’inscrire à mon cours de français gratuit !

 

Transcription de la vidéo

Bonjour, comment ça va ? et bienvenue encore une fois sur Français avec Pierre pour apprendre le français.
Alors aujourd’hui, une vidéo qui a été très très demandée depuis longtemps : Le subjonctif.

Donc voilà, ça va être aussi comme un défi, parce que je vais essayer d’expliquer le subjonctif en moins de dix minutes, ce qui n’est pas facile !
Allez, c’est parti !

Ok donc, avant de commencer, les élèves de Français avec Pierre qui travaillent sur le pack français progressif, même si j’ai évidemment traité le subjonctif dans le pack, dans le cours, regardez cette vidéo parce que je vais un petit peu l’expliquer d’une manière différente, donc c’est aussi intéressant pour vous.

Allez ! C’est parti, donc le subjonctif en moins de dix minutes, on va essayer d’être comme toujours, hein, pratique, pratique, hein, et pas exhaustif.
Donc, les professeurs de FLE, hein, je ne suis pas exhaustif, je le sais, c’est un but pratique. Alors, le subjonctif c’est un mode verbal, mais bon, ça on s’en fiche un petit peu.
Ce qu’il faut savoir c’est qu’il y a quatre temps verbaux, normalement, dans le subjonctif.

Subjonctif présent, subjonctif passé, subjonctif imparfait, subjonctif plus que parfait.
Mais, et tant mieux, il y a deux temps que l’on n’utilise plus, ou presque plus, sauf dans la littérature.
Donc, on peut considérer que, aujourd’hui, il n’y a que deux temps verbaux.

Alors, subjonctif présent, par exemple, je veux que tu viennes à 10 heures. Subjonctif passé, donc c’est le temps composé qui correspond en fait au subjonctif présent, je veux que tu sois rentré à minuit, par exemple.

Alors, pourquoi le subjonctif ? On va commencer par là.
Après on verra la conjugaison, comment la formation, plutôt, du temps.
Et après on verra l’utilisation.

Donc, pourquoi le subjonctif ?
Eh bien, un jour il y a l’académie française qui a dit : “tiens, le français ce n’est pas assez difficile et on va inventer quelque chose d’encore plus difficile, pour embêter les étudiants de FLE.”
Donc, ils ont inventé le subjonctif.

Allez, c’est une blague !
Donc pourquoi le subjonctif ? Ben en fait, c’est, on pourrait s’en passer.
Ce n’est pas quelque chose qui est indispensable à la langue.
En anglais il n’y a pas de subjonctif.
Mais on verra que, enfin tu verras si tu prends un livre de grammaire, qu’on va te dire que l’indicatif ça a une valeur objective, par exemple, tu pars à Londres, alors que le subjonctif c’est quand il y a une valeur subjective.

Par exemple, je veux que tu partes à Londres. Donc qu’est-ce qu’il se passe ? C’est pas vraiment que tu pars à Londres, c’est pas sûr ! Mais j’aimerais ! C’est un désir, donc c’est pas certain.
Ok ? Bien.

Bon alors, donc ça c’est vraiment la théorie, euh, c’est bien de le dire, c’est pas très utile en fait, parce que tu vas voir que c’est pas si carré finalement, d’accord ? Bon.
Je l’ai dit.

Maintenant nous allons voir la formation.
Donc la formation c’est à partir de la troisième personne du pluriel du présent.

Alors quand je dis présent, c’est présent de l’indicatif, hein.
Et on rajoute les terminaisons, -E, -ES, -E, -IONS, -IEZ, -ENT.
Bien. Donc, par exemple, ils chantent, présent de l’indicatif.
Donc, évidemment on sort la terminaison du présent de l’indicatif, -ENT, et, on va rajouter les terminaisons du subjonctif présent.

Que, alors on le construit toujours avec que devant, d’accord ?
Que je chante, d’accord ? Donc ensuite que tu chantes, qu’il chante, que nous chantions, que vous chantiez, qu’ils chantent.
Je te rappelle que dans la conjugaison, -ENT ne se prononce pas.

Bien. Alors, attention, si vous et nous ont un radical différent au présent de l’indicatif, ils conservent cette différence.
Voyons tout de suite un exemple, ce sera plus facile.
Alors, par exemple, le verbe boire.
Je bois, tu bois, il boit, et là on voit qu’il y a un changement de radical, nous BUVons, vous BUVez, ils boivent.

Cette différence là il faut la maintenir.
Donc, au subjonctif, ça va faire, que je boive, que tu boives, qu’il boive, que nous BUVions, que vous BUViez et qu’ils boivent. D’accord ?

Alors je vais pas insister beaucoup plus, parce que tu as des livres, comme le Bescherelle, par exemple, dans lequel tu as toute la conjugaison.

Il y a des verbes irréguliers, donc je ne sais pas, par exemple le verbe être, que je sois, que tu sois, qu’il soit, que nous soyons, que vous soyez, qu’ils soient.

Le verbe aller, que j’aille, que tu ailles, le verbe pouvoir, que je puisse, que tu puisses, etcetera.

Donc, moi j’aimerais m’attarder un peu plus sur l’utilisation, parce que je sais que ça pose des problèmes pour les étudiants de FLE.
Donc, ici vraiment je vais essayer de te donner, je sais pas, une méthode vraiment pratique, d’accord ?
Ce n’est pas exhaustif, ok ? On est bien d’accord ?
Moi je connais la méthode exhaustive, hein, mais je ne veux pas, ici, le faire.
Déjà, il me faudrait une heure, j’aimerais te donner quelque chose, une astuce, un truc, quelque chose de facile à comprendre, et de tout de suite utilisable.

Bien. Donc voilà ce qu’on peut dire.
On peut dire que, on utilise le subjonctif après la conjonction “que”.

C’est pas toujours vrai, mais on va partir de là, d’accord ?
Alors, exemple, je veux que … tu viennes. Subjonctif !

Il faut que … il faut qu’il aille à Londres, d’accord ?

On va partir de là, et puis on va voir qu’il y a quelques exceptions.
C’est mieux de faire comme ça, c’est plus facile.

Donc. Mais ! Donc, en fait il suffit que tu retiennes les exceptions. Mais !

Alors, premièrement, il y a certains verbes avec lesquels on utilise le subjonctif uniquement quand ils sont à la forme négative.

C’est-à-dire que, ce sont des verbes qui vont introduire une proposition, et le verbe de la proposition va être au subjonctif uniquement si ce verbe qui introduit ma proposition est à la forme négative.

Bon, le mieux c’est de voir tout de suite un exemple.
Donc, d’abord quels sont ces verbes ?
Ce sont des verbes, comme “ne pas penser que”, “ne pas croire que”, “ne pas trouver que”, tu vois, c’est-à-dire qu’on exprime son opinion.

Je ne pense pas que ce soit bien de faire ça, je ne crois pas qu’il puisse le faire, etc.

Mais aussi, “ne pas avoir l’impression que”, “ne pas être certain que”, “ne pas être sûr que”.

Donc, exemple, je pense qu’il reviendra à huit heures, donc là on a l’indicatif, le futur, et si je mets ce verbe à la forme négative, on va dire, je ne pense pas qu’il revienne, subjonctif, tard. D’accord ?

Donc ça c’est ma première exception.

Deuxième cas. Le verbe DIRE et ses différentes formes ne sont pas suivis du subjonctif.
Donc, ce sont les verbes qui vont permettre de rapporter le discours, par exemple de quelqu’un.
Par exemple, il dit que tu ne peux pas le faire. D’accord ?
Bon. Donc, quand on rapporte comme ça le discours d’une autre personne, il n’y a pas de raisons qu’il y ait le subjonctif.
Donc, il dit que tu ne peux pas le faire. Tu ne peux pas, indicatif.

Donc, et finalement un troisième cas, donc attention il y a aussi des cas autres on va dire.

Donc par exemple, après j’espère que, là il y a un que, mais il n’y a pas de subjonctif.
Ou dès que, ça veut dire juste après que, hein, dès que.
Donc, j’espère que tu viendras. Dès que tu viendras.

Donc là, on met l’indicatif, dans ce cas-là le futur, et il n’y a pas de subjonctif. D’accord ?

Alors, des remarques. Alors, normalement il n’y a pas de subjonctif après le pronom relatif, dans des propositions relatives.

C’est rare. Ça peut arriver, donc j’ai mis sauf dans quelques rares cas.
Alors, par exemple, le train que je regarde, que je regarde, part ce soir.
Donc là, c’est l’indicatif. Que je regarde, indicatif, il n’y a pas de raisons qu’il y ait le subjonctif.
Parce que, ici, “que” c’est un pronom relatif, d’accord ? C’est pas la conjonction, hein. C’est différent. Bon.

Mais, il y a certains cas où c’est possible de trouver le subjonctif, donc, par exemple, je cherche une personne qui est grand et mince.

Donc, là j’ai mis l’indicatif parce que je sais que la personne existe.

Mais, je cherche une personne qui SOIT toujours gentille pour vivre avec moi.

Et là, malheureusement, je ne sais pas si elle existe. D’accord ?
Malheureusement. Bien.

Donc voilà, mais c’est pas très souvent, dans les propositions relatives, c’est pas très souvent qu’on trouve le subjonctif.

Alors finalement, fais très attention parce que je trouve très souvent ces erreurs dans mes copies, dans les copies des élèves. Après
“quand”, “lorsque” ou “j’espère que” ça j’en ai déjà parlé,

Après ça, on ne met pas le subjonctif. Même dans une perspective future, on doit mettre le futur de l’indicatif.

Donc, par exemple, quand je serai avec toi, lorsque je serai avec toi.
Lorsque et quand, hein, ce sont des synonymes.

J’espère que je serai avec toi, demain.
D’accord ? Donc attention la, futur de l’indicatif. Bien.

Alors et les autres temps du subjonctif, les autres temps.

Bon, alors, le subjonctif passé, il marque une antériorité, en général c’est souvent le rôle des temps composés, hein, de marquer l’antériorité.

Je ferai peut-être une petite vidéo sur les temps composés.

Alors, par exemple, je veux que tu aies fait tes devoirs quand ton père rentrera !
D’accord ? C’est la maman qui dit à l’enfant :”Eh, je veux que tu aies fait tes devoirs quand ton père rentrera.”
D’accord ? Donc, là tu es, tu as fait les devoirs avant qu’il rentre.

Donc, on va utiliser ici, par exemple, le subjonctif passé.

Bon, je vais pas m’attarder trop là-dessus, juste une dernière chose.
Attention, ça devient un peu technique.
Comme on n’utilise plus le subjonctif imparfait et plus que parfait, alors on ne fait pas la concordance des temps.

C’est-à-dire, imagine cette phrase : “Je veux que tu viennes.”
Donc, je veux, c’est le présent de l’indicatif, que tu viennes, subjonctif présent. Bon.

Si je passe cette phrase au passé, par exemple à l’imparfait.

Je voulais que tu, alors avant on disait : “Je voulais que tu vinsses”, à dix heures par exemple.

Donc, ça c’est le subjonctif imparfait.
Parce que, comme on est passé dans le passé, on doit faire la concordance des temps.

Mais comme on n’utilise plus le subjonctif imparfait, alors qu’est-ce qu’on va utiliser ?
Et bien tout simplement on laisse au subjonctif présent.
Et on va dire : “je voulais que tu viennes à dix heures”. D’accord ?

Alors, pareil pour le subjonctif passé et plus que parfait, si on dit, je veux, présent, que tu sois rentré à minuit.

Si on passe cette phrase dans le passé, on va dire, enfin avant on disait, je voulais que tu fuSSes rentré à minuit !

Tu vois ça fais même bizarre maintenant, aujourd’hui d’utiliser ces temps. Ça fait très savant presque, hein.

Donc, je voulais que tu fusses rentré avant minuit !

C’est joli hein, mais ça fait un peu, ça fait littéraire quoi.
Bien, on va plus dire ça, on va garder le subjonctif passé et on va dire, je voulais que tu sois rentré à minuit ! D’accord ?

Voilà, donc moi, maintenant, je voudrais que tu mettes un petit like sur la vidéo, hein, un pouce comme on dit aussi, si tu as aimé la vidéo.
Si tu n’as pas aimé, ben, c’est pas la peine, mais si tu as aimé la vidéo, n’oublie pas de mettre un like.
J’ai fait un exercice sur le blog, hein, de Français avec Pierre, donc je te laisse le lien, comme toujours, tu n’as plus qu’à cliquer, et tu arrives dans le blog, et tu pourras faire l’exercice, retrouver le podcast de cette vidéo, et toute la transcription.

D’accord ? Donc, Je te rappelle que tu as un cours gratuit que j’ai fait, pour toi, c’est totalement gratuit, je te laisse le lien, et je te rappelle aussi que tu as des cours plus complets, aussi, si ça t’intéresse, n’hésite pas, tu peux aller y jeter un coup d’œil.

Bien. Donc voilà, le subjonctif en un peu plus de dix minutes, d’accord ?
Mais bon, j’espère que vous avez mieux compris maintenant ce subjonctif qui vous pose souvent des problèmes.

Allez, on se retrouve dans une prochaine vidéo.

Salut !

Podcast: Lire dans une autre fenêtre | Télécharger

Subscribe: Apple Podcasts | Android | RSS

You may also like

L’erreur, « après que » suivi d’un subjonctif au lieu d’un indicatif

Puisqu’on dit « avant qu’il ait mangé », il est tentant de dire, de la même façon, « après qu’il ait mangé » au lieu de « après qu’il a mangé ».

Pour ne plus commettre cette faute et beaucoup d’autres :
entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr
Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs !

 

Règle de conjugaison derrière « après que »

À la différence de « avant que », et quoi que l’on pense souvent, « après que » doit être suivi d’un verbe à l’indicatif et non au subjonctif :

Il fait toujours une sieste après qu’il a mangé.
Mon grand-père faisait toujours une sieste après qu’il avait mangé.
Après qu’il eut mangé quelques petits enfants, l’ogre fit une sieste.

Vidéo

Avis de l’expert – Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernes

Charles Trenet, qui connaissait la chanson, ne s’y était pas trompé en écrivant : « Longtemps, longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu » ! Rien que de très logique : « après que » introduit une action qui a ou aura eu lieu avant celle de la proposition principale, et qui suppose donc l’usage de l’indicatif. Au contraire, l’action qu’introduit « avant que » est, par rapport à cette même principale, encore à venir (« Le mieux est de s’attaquer au mal avant qu’il n’apparaisse »). D’où le subjonctif, mode de ce qui n’est pas réalisé, mais seulement envisagé…

 

Exercices (cherchez les erreurs)

  1. Après qu’il eût fait son service militaire, il ouvrit un commerce.
  2. Après que les lumières se soient éteintes, il quitta les lieux.
  3. Après qu’il aura envoyé le personnel à tous les diables, il se calmera !
  4. Après que chacun ait gagné sa place, le cours commence.
  5. Après que la grève eut été décidée, il se fit un grand silence.
  6. Nous nous montrions plus efficaces après que nous nous étions détendus.
  7. Après que vous ayez rempli le questionnaire, vous le remettrez à l’appariteur.
  8. Tout le monde se tait après que le chef a pris la parole.
  9. Après qu’il eut donné ses ordres, il s’offrit un moment de repos.
  10. Après que le soleil se soit couché, nous rentrons au camp sans tarder.

Réponses

  1. Faux. Il faut écrire : Après qu’il eut fait son service militaire, il ouvrit un commerce.
    À la différence de « avant que », la locution « après que » est toujours suivie d’un temps composé de l’indicatif : ici, le passé antérieur.
  2. Faux. Il faut écrire : Après que les lumières se furent éteintes, il quitta les lieux.
    À la différence de « avant que », la locution « après que » est obligatoirement suivie d’un temps composé de l’indicatif : ici, il s’agit d’un passé antérieur.
  3. Phrase correcte.
  4. Faux. Il faut écrire : Après que chacun a gagné sa place, le cours commence.
    Si la locution « avant que » est suivie du subjonctif, « après que » entraîne nécessairement l’indicatif, ici au passé composé.
  5. Phrase correcte.
  6. Phrase correcte.
  7. Faux. Il faut écrire : Après que vous aurez rempli le questionnaire, vous le remettrez à l’appariteur.
    Dans une proposition introduite par « après que », le verbe n’est jamais au subjonctif. On a affaire ici à un futur antérieur de l’indicatif.
  8. Phrase correcte.
  9. Phrase correcte.
  10. Faux. Il faut écrire : Après que le soleil s’est couché, nous rentrons au camp sans tarder.
    Ce passé composé de l’indicatif est autrement correct que le subjonctif, lequel ne doit pas se rencontrer dans une proposition introduite par « après que ».

Besoin de vous remettre à niveau en orthographe ?
Entraînez-vous gratuitement sur www.projet-voltaire.fr !

Une méthode innovante et ludique pour s’entraîner. Déjà plus de 5 millions d’utilisateurs !

Auteurs Projet Voltaire : Bruno Dewaele, champion du monde d’orthographe, professeur agrégé de lettres modernesAgnès Colomb, auteur-adaptateur, correctrice professionnellePascal Hostachy, cofondateur du Projet Voltaire et du Certificat Voltaire

0 Replies to “Pourquoi Essayer De Comprendre Subjonctif”

Lascia un Commento

L'indirizzo email non verrà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *